LA ROQUE D'ANTHERON

La Roque d’Anthéron est depuis la nuit des temps une terre d’accueil : De la préhistoire au nouveau millénaire, elle accueillit les premiers hommes, les salyens, les romains, les seigneurs provençaux tel les Forbins, les cisterciens, les vaudois, les harkis...

Clocher de l'église 16° siècle

Posée face aux monts bleutés du Luberon, assise sur les berges de la Durance, La Roque d'Anthéron est blottie au creux de la chaîne forestière des Côtes-Trévaresse. Située au croisement de la voie remontant la Durance et de l'unique route traversant le Luberon, elle a toujours occupé une situation stratégique.

Rayonnante de soleil en été, elle est cependant rafraîchie par les eaux alpines de la Durance et peut connaître, sous les rafales du mistral, des hivers frileux signant sa double situation de "Porte des montagnes et de la mer".


La Roque d'Anthéron représente 10 000 hectares de nature, 70 espèces d'oiseaux nicheurs, 101 espèces avec les migrateurs. La Durance représente 15% de la flore et faune de France.

Une des fontaines du village

 Quelques dates
200 av JC : Trace d'un oppidum celto-ligure. 

1048 : André et ses "Hermitans" reçoivent les terres de Goiron (ancien lieu de culte païen), ils y redressent la chapelle Sainte Marie (aujourd'hui Ste Anne de Goiron) dans le style de cette époque du renouveau roman provençal.

1144 : Arrivée de l'abbé Othon (neveu de l'empereur Conrad III) et des premiers cisterciens venant de l'abbaye mère de Morimond.

1175 : Mise en place de la première pierre de l'abbatiale de Silvacane (3° sœur cistercienne de Provence). Un hameau s'élève à côté de l'abbaye ; La Roque est alors composée de plusieurs hameaux : Silvacane, Gontard, Goiron, les Trissones.... 

1514 : Jean de Forbin, fils de Palamède de Forbin, seigneur de La Roque grâce à son mariage avec Antoinette de La Terre, signe avec 70 familles de colons un "acte d'habitation" : La Roque d'Anthéron renaît. Parmi ces colons, un grand nombre sont des fils des colons vaudois implantés depuis une génération sur le piémont du Luberon.

1545 : Semaine de tueries vaudoises dans le Luberon et à La Roque d'Anthéron. Sur les ordres de François 1°, les troupes du baron Meynier d'Oppède entrent dans La Roque d'Anthéron "à banières déployées", le 17 avril 1545. Le hameau de Silvacane est brûlé.

1554 : Adam de Craponne, ingénieur du Roy, ouvre un canal révolutionnaire transportant l'eau de la Durance depuis La Roque d'Anthéron jusqu'à Salon de Provence. Ce canal éloigne le spectre de la soif dans la ville de Nostradamus et permet la construction de moulin sur son cours. Actuellement ce canal irrigue toujours la Crau et le Pays d'Arles.

1560 : Construction à La Roque d'Anthéron du premier temple protestant du Luberon-Val de Durance. Des recherches sont actuellement en cours pour en retrouver la situation.

1598 : Construction du château de La Roque d'Anthéron par Annibal de Forbin (fils de Jean). Ce château (aujourd'hui maison de soins) est de style XVI° et Renaissance provençale.

1777 : naissance d'Auguste de Forbin qui sera élève de David, collectionneur éclairé, Directeur des Musées Royaux : Il fut chambellan (et amant) de la princesse Pauline Borghèse jeune sœur de Bonaparte, et fut enrôlé à la demande de celui-ci dans l'armée d'Espagne au coté du général Junot.

1847 : Creusement du canal de Montrichet amenant l'eau de la Durance jusqu'au Palais Longchamps à Marseille. Franz Mayor de Montrichet, polytechnicien malgré ses origines suisses réalise avec ce canal de 84 km et 84 souterrains et ouvrages d'art (dont le célèbre aqueduc de Roquefavour), une œuvre dont l'ampleur a été comparée à la construction du chemin de fer de l'Ouest américain. Protestant, catéchisé par un pasteur de La Roque d'Anthéron, il n'a eu de cesse de donner du travail afin de limiter les souffrances des familles des ouvriers désœuvrés. Cette œuvre est donc une réussite technique et démarche sociale unique pour l'époque.


Château de Florans maniériste provençal

 Devise de la ville
Aucune pour la commune, mais on note sur le château de La Roque d'Anthéron, la devise offerte par Louis XI à "Palamède de Forbin" : "tu m'as fait comte, je te fais roy" rappelant le rôle joué par ce conseiller du Roy René, dans le rattachement du royaume de Provence à la France (1451).

Étymologie
Plusieurs hypothèses sur ce nom, mais la plus plausible fait dériver le nom de : "la roche du seigneur Tarron", rocher surmonté d'une tour castrale qui domine le village (X°siècle).

Abbaye cistercienne de Sylvacane

Accès au site internet de La Roque d'Anthéron

Accès aux autres pages

ACCUEIL     LA PROVENCE     LA MAISON     NOS CHAMBRES     CONTACT     LIVRE D'OR